Lunar Trash

Architecte de formation, Olivier Thomas se dirige ensuite vers la scénographie pour le spectacle vivant. D’une façon très globale et un peu ambitieuse, il s’intéresse à l’avenir de l’humanité́ de manière décalée, incongrue, voire ludique.

Olivier Thomas

(Français), scénographe et plasticien, Marseille

"Lunar Trash" raconte l’histoire, peu connue, d’un sac-poubelle jeté sur la Lune. Celui qui apparaît sur une photographie, aux côtés d’Armstrong, d’un drapeau américain et d’Apollo 11. Transposée sur terre par Olivier Thomas, cette anecdote de la conquête spatiale, trouve sa place au Lac d’Estivadoux. Un lac non-permanent, asséché et sans eau une partie de l’année, nous renvoyant à la mer de la Tranquillité où atterrit le module lunaire en 1969. L’œuvre illustre ainsi le rapport qu’ont les hommes avec leur environnement jusqu’au-delà des étoiles. Un geste qui n’était pas le sujet à l’époque, mais qu’il convient de requestionner, 50 ans après, pour mieux en saisir la signification et la portée symbolique.

Hauteur : 1.5 m
Diamètre : 4 m
Branche de noisetier, fils naturel, peinture respectueuse de l’environnement, câble d’acier, fers à béton

Nous avons besoin de votre consentement pour charger les traductions

Nous utilisons un service tiers pour traduire le contenu du site web qui peut collecter des données sur votre activité. Veuillez prendre connaissance des détails et accepter le service pour visualiser les traductions.